Denna webbplats använder teknik som troligen inte stöds i din webbläsare, därför kan vissa saker se konstiga ut eller inte fungera. Vi rekommenderar att du byter till en modern webbläsare istället.
Skip to main content

Från den 1 oktober välkomnar vi partner/närstående vid tre besök under graviditeten; vid inskrivning, vid besök i graviditetsvecka 25 och vid besök i graviditetsvecka 37. Den kvarvarande besöksrestriktionen gäller tills vidare för att undvika trängsel i väntrummen. Läs mer här: Viktig information inför ditt besök hos oss

Le jour de l'accouchement : donner naissance

Föda_176535947.jpg
Tecken på förlossningsstart_621516791.jpg

Un accouchement peut débuter de différentes façons. Souvent, ce sont les contractions qui arrivent, mais le premier signe peut aussi être la perte des eaux ou une perte de mucus avec un peu de sang. Contactez votre sage-femme si vous avez besoin d'aide ou que vous pensez avoir perdu les eaux.

Inskrivning_1259107699.jpg

À l'hôpital, vous verrez d'abord une sage-femme qui estimera si le travail a suffisamment débuté pour que vous puissiez y rester. Si le travail a bien commencé, vous serez admise à l'hôpital.

Afin de savoir comment va le bébé dans l'utérus, on contrôle les battements de son cœur à l'aide d'un dispositif de monitoring fœtal, qui surveille à la fois le pouls du bébé et le travail de l'utérus.

Smärtlindring_larg.jpg

S'il est très douloureux de donner naissance, la douleur perçue varie selon chaque femme. Il existe par ailleurs plusieurs manières de gérer la douleur. Une bonne façon est de s'y préparer physiquement et psychiquement, par exemple en dormant, en mangeant bien et en suivant un cours de préparation à l'accouchement. Au cours de l'accouchement, la sage-femme vous donne des conseils pour soulager la douleur, selon la méthode qui convient le mieux. Pour plus de renseignements sur ces différentes méthodes, rendez-vous ici.

Att vara stödperson_1072394603.jpg

En tant qu'aidant·e, vous jouez un rôle un incroyablement important lors de l'accouchement. Votre simple présence et votre proximité font une grande différence. Un soutien constant peut même réduire la nécessité de soulager médicalement la douleur, même si l'on a recours à la ventouse ou à la césarienne. Un·ou une proche de la future mère est à même de lui apporter le meilleur soutien. Imaginez que vous êtes un phare sur la côte et que la future mère est un bateau voguant sur une mer agitée. La seule chose que vous avez à faire est de continuer à briller tout au long de la tempête.

Tips till dig som stöttar_722681980.jpg

La règle numéro un consiste à être aux côtés de la future mère. Essayez différents massages et effleurements. Si vous trouvez quelque chose qui fonctionne, continuez. Si vous n'êtes pas sûrs de l'effet du massage, continuez pendant trois contractions avant de décider. Assurez-vous de toujours aller du haut vers le bas, dans la même direction que l'utérus et l'enfant, avec des mouvements lents, et demandez à la future mère si cela lui convient. Si elle vous envoie promener, c'est sans doute le stress qui parle. À vous de redoubler d'efforts pour faire en sorte que la future mère se sente bien. Demandez de l'aide au personnel médical si vous vous sentez désarmé·e. Il est naturel que vous ayez vous aussi besoin de soutien.

Diagram.jpg

1. Phase de latence

Pour la plupart des futures mères, la phase de latence se déroule à la maison. Les contractions sont tout d'abord irrégulières et semblables aux douleurs ressenties pendant les règles. Mais, petit à petit, elles se font plus douloureuses et intenses. C'est alors une bonne idée de se reposer, de se faire légèrement masser et de prendre un bain ou une douche chaude. Si vous désirez soulager les douleurs, vous pouvez prendre de l'Alvedon ou du Panodil, ou encore essayer le Tens, un petit appareil doté d'électrodes stimulant les nerfs.

2. Phase de dilatation

Lors de la phase de dilatation, les contractions deviennent plus fortes, plus longues et plus rapprochées. Le col de l'utérus est en train de s'ouvrir complètement. Lorsque 3 ou 4 contractions arrivent en 10 minutes, il est temps de contacter la sage-femme.

3. Phase d'expulsion

Le bébé est bien descendu dans le bassin et il est temps de commencer à pousser. Vous aurez sans doute envie de pousser instinctivement, mais il est possible que la sage-femme vous demande de simplement continuer à respirer jusqu'à la fin de la contraction. C'est probablement que le bébé n'est pas encore descendu assez bas, ou bien pour laisser le périnée se détendre encore et ainsi minimiser le risque de déchirement.

4. Phase de délivrance

L'enfant est né et il est sans doute déjà au sein. Généralement, le bébé commence à respirer et crie de lui-même, mais parfois il a besoin que le personnel médical l'aide. Maintenant, la sage-femme vérifie que le placenta est expulsé et que l'utérus se rétracte. Si vous avez besoin de points de suture, la sage-femme vous fera une anesthésie.

Kroppens reaktion_1537325582.jpg

Donner naissance à un enfant ne s'apprend pas. Le corps sait exactement ce qu'il a à faire. Cependant, plusieurs facteurs peuvent empêcher le corps de faire son travail tranquillement. Lorsque le travail commence et que la douleur arrive, le corps réagit souvent en augmentant du niveau de stress. Une réaction de lutte ou de fuite peut se produire : les muscles se tendent, la respiration change. La future mère se concentre uniquement sur la douleur et le moyen de sortir de cette situation. Cette réaction n'est pas dangereuse, mais elle peut prolonger l'accouchement et le rendre éprouvant pour la mère comme l'enfant.

Adrenalin vs. Oxytocin_401021341.jpg

L'augmentation du niveau de stress au cours de l'accouchement est due à l'hormone du danger, l'adrénaline. Cette réaction peut être contrebalancée à l'aide de l'hormone du bien-être, l'ocytocine. Elle a un effet calmant et analgésique, et contribue également à ce que l'utérus se rétracte bien. En créant un environnement sûr, on induit le corps à sécréter de l'ocytocine. Il est alors également plus facile de faire face à l'accouchement lui-même. En tant qu'aidant·e, c'est là que vous pouvez faire une grande différence en étant aux côtés de la mère, en lui proposant peut-être un léger massage, par exemple.

Verktyg för att hantera värkar_1181843014.jpg

Lors de la phase active de l'accouchement, les contractions suivent un certain rythme. Une contraction dure entre 60 et 90 secondes, suivie d'une pause au moins aussi longue. Elles peuvent faire penser à des vagues, ou encore à des montagnes et des vallées, dont le point le plus bas correspond au milieu de la contraction. Essayez de trouver ce rythme ensemble, pour que vous puissiez être actifs durant la contraction, puis vous reposer pendant la pause. Concentrez-vous sur l'instant, une contraction à la fois. Une fois la contraction terminée, vous pouvez pousser ensemble un soupir de soulagement, avant de vous reposer et de reprendre des forces.

La respiration

Pour la future mère

Concentrez-vous sur une respiration douce et silencieuse pendant les contractions. Respirer de manière forcée crée un déséquilibre qui réduit l'oxygène disponible dans votre corps pour l'utérus et le bébé.

Pour l'aidant·e

Pour aider, écoutez la respiration de la future mère. Si vous l'entendez distinctement, rappelez à cette dernière de respirer doucement.

La détente

Pour la future mère

Il est naturel de vouloir persévérer de toutes ses forces, mais essayez de relaxer tout votre corps entre les contractions. Concentrez-vous sur votre mâchoire, vos épaules, vos fesses et vos cuisses, car c'est là que se concentrent les tensions lorsque l'on est stressé. Un seul muscle doit travailler lors des contractions, et c'est l'utérus.

Pour l'aidant·e

Détectez les tensions en observant et en maintenant un contact physique avec la future mère. Encouragez-la à se détendre en lui parlant et en étant proche d'elle.

La voix

Pour la future mère

Trouvez une voix grave et douce pendant les contractions. Votre mâchoire est lourde et relâchée. Alors que l'accouchement progresse dans une phase plus intensive, il est souvent difficile de maintenir une respiration douce et silencieuse. Il peut alors être utile d'émettre un son lors de l'expiration. Vous concentrer sur ce son peut également vous permettre de faire face à la douleur plus facilement.

Pour l'aidant·e

Écoutez la voix de la future mère et, si besoin, rappelez-lui de rester dans les graves. N'ayez pas peur d'utiliser votre voix vous aussi. La future mère aura également plus facilement recours à sa voix si quelqu'un d'autre dans la pièce utilise la sienne.

Vos pensées

Pour la future mère

Ayez confiance en vous et n'oubliez pas que votre corps fait un travail fantastique, quelle que soit la manière dont vous accouchez. Imaginez que la contraction qui se termine ne reviendra jamais et n'oubliez pas qu'un accouchement offre malgré tout des temps de répit, ce qui n'est pas le cas lorsque vous avez mal aux dents ou ailleurs. Pensez que vous vivez une expérience éprouvante, mais que vous allez bientôt pouvoir rencontrer votre petit bébé.

Pour l'aidant·e

Encouragez la future mère, rappelez-lui des choses positives et aidez-la à repousser les pensées négatives. Si elle perd confiance en elle, vous devez continuer à l'encourager constamment.

Si accoucher par voie basse devient difficile ou risqué, il peut être nécessaire de faire une césarienne.

Sinon, l'accouchement vaginal est recommandé. Pour en savoir plus sur les différentes manières d'accoucher, rendez-vous ici.

Après l'accouchement, la plaie laissée par le placenta dans l'utérus saigne. On appelle ces saignements des lochies, qui durent entre 6 et 8 semaines. Pendant cette période, le risque d'infection est plus élevé que d'habitude. Évitez les bains et les rapportssexuels sans préservatif, et n'utilisez pas d'autre protection périodique que des serviettes hygiéniques. Il est également important de rééduquer les muscles abdominaux et le plancher pelvien afin d'éviter des complications plus tard.

Entre 8 et 12 semaines après l'accouchement, une visite de contrôle est prévue au cabinet de la sage-femme. Vous y discuterez de la manière dont s'est passé l'accouchement, de comment vous et votre bébé allez et de quel contraceptif adopter. Il est vraiment facile de tomber enceinte juste après avoir accouché, même si l'on allaite.

Kom ihåg_VGR17-SSNeonatal_310517_9645_18385_large.jpg

Ayez confiance en vous

Vous connaitrez peut-être des moments difficiles pendant l'accouchement, mais c'est également une expérience très puissante. Vous allez y arriver et vous rencontrerez bientôt votre bébé.

Faites confiance au personnel médical

Lors de votre accouchement, vous serez entre de bonnes mains. Notre personnel a aidé d'autres mères à accoucher avant, il sait ce qui se passe à l'intérieur de votre corps et comment vous aider à relever ce défi au mieux.

Updated: 2020-06-30 09:28